|     | Recherche avancée
  • Imprimer
  • Partager

Adolphe


Adolphe, Duc de Nassau et Grand-Duc du Luxembourg (1817-1905)

Quand Adolphe de Nassau naquit le 24 juillet 1817 au château de Biebrich/Wiesbaden, la période de la Restauration venait tout juste de commencer. En 1837, après une éducation rigoureuse, Adolphe se rendit à Vienne pour y continuer ses études. Deux ans après, il dut les interrompre à la suite du décès inopiné de son père, Guillaume de Nassau-Weilbourg, à qui il succéda comme Duc de Nassau.

En mars 1848, Adolphe fut le premier Prince allemand à accorder à ses sujets la liberté de presse, une armée populaire, une bureaucratie libérale et une constitution. En 1851, ces concessions furent cependant révoquées au Duché de Nassau, comme dans la plupart des autres Etats membres de la Confédération germanique.

Le 31 janvier 1844, le Duc Adolphe épousa à Saint Pétersbourg la Grande-Duchesse Elisabeth Michailowna de Russie, une nièce du Tsar Nicolas Ier. À peine une année plus tard, la Duchesse mourut en couches à Wiesbaden.

Le 23 avril 1851, le Duc Adolphe épousa en secondes noces la Princesse Adélaïde-Marie de Anhalt-Dessau. De ce mariage naquirent cinq enfants, dont deux seulement survécurent : le Prince Héritier Guillaume (1852-1912) et sa soeur, la Princesse Hilda (1864-1952).

Dans le courant des années 1860, le Duc Adolphe eut de plus en plus de problèmes avec les forces libérales de Nassau. Contre l'avis de la majorité au Landtag, il se rangea aux côtés de l'Autriche contre la Prusse en mai 1866. Les troupes de Nassau ne purent rien contre la victoire de la Prusse. Le Duc Adolphe quitta Nassau qui fut annexé par la Prusse le 7 septembre 1866. Un an après, le 18 septembre 1867, le Duc signa un accord avec la Prusse qui lui concéda une indemnité et lui laissa la propriété des châteaux de Weilbourg, Biebrich, Platte et Königstein.

Au cours des années suivantes, le Duc résida tantôt à Francfort, tantôt à Vienne ou dans l'un de ses châteaux.

La question de la succession au Luxembourg (1880-1888)

En 1884, la mort du Prince Alexandre d'Orange-Nassau, second fils du Roi (des Pays-Bas) Grand-Duc (du Luxembourg) Guillaume III, donna au Duc Adolphe une possibilité de retrouver un trône. L'état de santé de Guillaume III s'aggrava au cours de l'année 1888 et la question de la succession luxembourgeoise gagna en importance.

Le Duc Adolphe entreprit alors plusieurs actions pour souligner son intérêt pour cette succession. En juillet 1888, il rendit visite à la famille royale des Pays-Bas et il consulta le Gouvernement allemand sur ses droits de succession. En septembre 1888, il se réconcilia avec les Hohenzollern en rendant visite à l'Empereur allemand Guillaume II sur l'île de Mainau. Le Ministre d'Etat Paul Eyschen défendit les intérêts d'Adolphe à Luxembourg.

Au printemps 1889, Adolphe fut nommé Duc-Régent du Grand-Duché de Luxembourg. Cette régence dura moins d'un mois. Le 4 novembre 1890, une seconde régence devint indispensable. Elle se termina avec la mort de Guillaume III et l'avènement d'Adolphe comme Grand-Duc de Luxembourg.

Adolphe, Grand Duc de Luxembourg (1890-1905)

Le 8 décembre 1890, le Grand-Duc Adolphe revint au Luxembourg accompagné de son épouse et du Prince Héritier Guillaume. Le lendemain, il prêta serment à la Constitution. Dans son discours du trône, il affirma qu'il réalisait « l'union entre ce beau pays de Luxembourg et l'antique Maison à laquelle Je préside».

Le Luxembourg avait dorénavant sa propre Maison grand-ducale et on espérait que le Grand-Duc allait s'établir dans le pays. Adolphe acquit les châteaux de Berg et de Fischbach ainsi que la forêt du Grünewald, les ruines du château de Vianden et de la Maison royale des Pays-Bas, mais ne vint au Luxembourg que de temps à autre car il préférait rester dans son château de Hohenbourg. Dans le domaine politique, il laissa toute latitude au Gouvernement luxembourgeois, présidé par Paul Eyschen.

Le 4 avril 1902, Adolphe nomma son fils Guillaume Lieutenant-Représentant.

Adolphe s'éteignit au château de Hohenbourg en Bavière le 17 novembre 1905 et fut enterré dans le parc de sa résidence préférée. Il repose depuis dans la crypte de Weilburg-Lahn. Son épouse mourut le 24 novembre 1916 au château de Königstein et fut enterrée à Weilburg.