|     | Recherche avancée

Conférence internationale COP24
Katowice, République de Pologne
03-12-2018


« Changing together » : tel est le thème de la COP24, 24e Conférence des parties à la Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques, qui se tient du 3 au 14 décembre à Katowice, en Pologne. Cette réunion, à laquelle participent des représentants de plus de 190 Etats, doit permettre d’adopter les directives d’application de l’Accord de Paris, entériné le 12 décembre 2015 au Bourget à l’issue de la COP21. Ce dernier vise prioritairement à contenir le réchauffement climatique en-dessous de 2°C par rapport aux niveaux préindustriels et de poursuivre les efforts globaux pour arriver à le limiter à 1,5°C.

20181203_1
© Cour grand-ducale

La cérémonie d’ouverture de cette COP24 a vu la participation d’une vingtaine de Chefs d’Etat et de gouvernement, dont Son Altesse Royale le Grand-Duc, accompagné pour l’occasion par Madame Carole Dieschbourg, ministre de l’Environnement.
20181203_3
© Cour grand-ducale
S.A.R. le Grand-Duc lors des rencontres internationales à Katowice en Pologne pour le lancement de la COP24


Dans son allocution, le souverain a d’emblée remercié la République de Pologne et ses représentants pour ses efforts visant à contribuer au succès de la COP24. « Je vous félicite tout particulièrement pour l’élaboration de trois projets de déclarations abordant des sujets aussi essentiels que l’électromobilité, les forêts et la transition équitable. En effet, il me paraît très opportun d’insister sur le volet social ainsi que le caractère équitable et solidaire de la transition écologique dans tous nos pays. Son acceptation, et partant son succès, en dépendent », a-t-il souligné.

Le Grand-Duc, dont l’intérêt pour la protection de la planète est connu de tous, a néanmoins fait part d’une certaine inquiétude à ce propos: « Ne nous voilons pas la face. Trois ans après l’adoption de l’Accord de Paris, nous abordons ce défi central pour l’humanité qu’est la lutte contre le changement climatique dans une posture qui se fragilise de mois en mois. L’évolution récente montre qu’il peut y avoir un gouffre entre l’objectif partagé en commun et la réalité sur le terrain qui se dégrade à vitesse grand V. »

20181203_4
© Cour grand-ducale
A l’appui de ses dires, S.A.R. le Grand-Duc a relevé qu’une année après la COP23 à Bonn, le constat était double : d’un côté, les concentrations de CO2, de méthane et des autres gaz à effet de serre dans l’atmosphère continuent d’augmenter ; de l’autre, les conséquences du changement climatique s’intensifient et se multiplient. D’où son appel à « redoubler nos efforts et relever notre niveau d’ambition général. »

Le Grand-Duc a par ailleurs insisté sur les efforts du Luxembourg en matière de réchauffement climatique. « Mon pays reste pleinement mobilisé », a-t-il affirmé, citant notamment l’introduction récente de standards à consommation d’énergie quasi nulle pour toute nouvelle construction de bâtiment ou encore les efforts en matière de promotion de la mobilité électrique et des transports collectifs « sachant que la sortie progressive des énergies fossiles dans le domaine des transports sera inévitable. »

20181203_2
© Cour grand-ducale
Le chef de l’Etat a enfin relevé qu’il fallait accélérer la transition vers une économie durable et que cela impliquait notamment un « transfert conséquent d’investissements vers des alternatives à zéro émission ». Pour ce faire, les investissements publics doivent, selon lui, « constituer un effet de levier pour d’autres sources de financement provenant du secteur privé. »

« Le Luxembourg pour sa part s’est d’ores et déjà doté d’une feuille de route de la finance durable. Nous maintiendrons également notre politique de solidarité envers les pays les plus vulnérables : notre contribution financière augmente d’année en année et viendra s’ajouter à notre aide publique au développement », a conclu le Grand-Duc.