|     | Recherche avancée

Discours prononcé par S.A.R. le Grand-Duc à l’occasion du dîner de gala au Palais d'Oslo, le 30 mai 2011 lors de la visite d'Etat du Couple grand-ducal au Royaume de Norvège
30-05-2011


Majestés,

La Grande-Duchesse et moi-même avons été très touchés par vos aimables paroles de bienvenue et aimerions vous remercier de tout coeur pour le chaleureux accueil que vous avez réservé à toute la délégation luxembourgeoise.

Tout au long de cette première journée nous avons ressenti cette grande amitié qui vous unit au Luxembourg. La proximité familiale est sûrement une des raisons de cette affinité particulière. Aussi aimerais-je vous transmettre les voeux les plus affectueux de mon père, le Grand-Duc Jean, qui garde un excellent souvenir de votre visite d’Etat à Luxembourg en 1996.

Le programme, dense et varié, des rencontres que vous nous avez organisées nous permettra, j’en suis sûr, de nouer de nombreux contacts utiles avec le monde des affaires d’Oslo et de Trondheim. En effet, je suis accompagné d’une grande délégation économique, preuve de l'importance que le Luxembourg attache à cette visite.

Pour les Luxembourgeois, la Norvège est un pays fascinant et attirant. Nous sommes émerveillés par la beauté féérique de ses paysages et la richesse de sa culture ancestrale. Celle-ci a inspiré des compositeurs, écrivains et peintres comme Grieg, Bjørnson, Ibsen ou Munch portant le rayonnement culturel de la Norvège bien au-delà de ses frontières. Cet important héritage culturel joue certainement un rôle dans le haut niveau d’éducation de votre population. Vos compatriotes lisent en moyenne plus de 16 livres par an. Cette performance remarquable fait mentir tous ceux qui prédisent le déclin de la lecture !

Votre histoire est riche en personnalités hors du commun. En effet, des explorateurs, des industriels et des humanistes ont, de façon décisive, influencé l’évolution de nos sociétés.

Mais ce ne sont pas seulement la géographie et l’histoire qui impressionnent aujourd’hui. C’est surtout le dynamisme de votre peuple qui force l’admiration. Il a su bâtir une société harmonieuse, juste et tolérante.

Un autre domaine où la Norvège excelle, est celui du sport de haut niveau. Vous avez-vous-même donné l’exemple, Majesté, en participant aux Jeux olympiques de Tokyo en 1964. Votre pays, avec 161 médailles d’or se classe au 10ième rang mondial et vos résultats, lors des JO d’hiver en 2010, ont été très remarqués. Mais est-ce vraiment surprenant pour un pays qui a inventé le ski comme moyen de déplacement ? Comme pour les autres nombreux domaines d’excellence, la Norvège se donne les moyens de ses ambitions. Aussi, nous nous réjouissons de visiter demain le Centre de Recherche de Traumatologie d’Oslo, un des quatre centres médicaux au monde distingués par le Comité olympique international. En ma qualité de membre de ce comité, cette visite m’intéresse particulièrement.

Le rayonnement de la Norvège, c’est aussi son engagement indéfectible pour la démocratie, la paix et le développement durable de notre planète.

Le respect et le prestige dont jouit la Norvège dans le monde ne sont pas usurpés. Le prix Nobel pour la paix décerné ici à Oslo ainsi que le rôle éminent joué dans la réconciliation des peuples dans de nombreuses zones de conflit justifient amplement cette reconnaissance internationale. Le fait que le premier secrétaire général de l’ONU ait été un Norvégien est à ce titre hautement significatif.

La Norvège a également su faire face aux grands défis de l’humanité que sont la protection de la nature et le changement climatique. Vous avez été les premiers à vous doter d’un ministère pour la protection de l’environnement et la sensibilité écologique est très développée dans votre pays. Votre milieu naturel exigeant et souvent rude vous a enseigné la nécessité de vivre en harmonie avec la nature et d'en exploiter les ressources de manière responsable.

Loin de se reposer sur le confort de la manne des énergies fossiles, la Norvège prépare depuis longtemps son économie à fonctionner avec des énergies alternatives et renouvelables. Aujourd’hui déjà, votre pays est le cinquième producteur d’énergie hydraulique au monde et la seule nation industrialisée capable de satisfaire sa demande d’électricité presque entièrement grâce à cette ressource. La recherche qui est menée ici comme, par exemple, les projets-phare liés au combat de la pollution générée par le gaz carbonique, suscite beaucoup d'intérêt au niveau international. La délégation de scientifiques et d'hommes d'affaires qui m'accompagne s’intéresse à votre expertise et espère développer notre coopération dans ce domaine.

 

Majestés,

Malgré l’éloignement géographique, nos deux pays ont su partager des valeurs fortes et lier des liens étroits. Je voudrais tout d’abord rappeler une rencontre importante qui se situe au 17ième siècle quand les responsables de la reconstruction de la ville des Rois, Trondheim, en ont confié la direction à un ingénieur et général d’origine luxembourgeoise, Jean Gaspard de Cicignon, qui avait fait carrière dans les armées danoises. Cicignon a dû avoir la main heureuse car après Trondheim, on lui demanda également de dresser les plans de la ville de Kongsvinger. Trondheim lui doit son aspect actuel et nous nous réjouissons de pouvoir bientôt admirer cette belle ville dynamique qui est aujourd’hui à la pointe de la recherche dans le domaine de l'énergie.

Nos deux pays ont connu des fortunes diverses tout au long des siècles et ils ont dû attendre longtemps avant de pouvoir disposer de leur propre destin. L’agriculture assez pauvre peinait à nourrir les populations et c’est grâce aux progrès et découvertes de l’ère industrielle que nous avons connu un développement économique et social élevé. Les souffrances endurées pendant la Deuxième guerre mondiale nous ont poussés à nous regrouper et à jouer la carte multilatérale. En effet, le Luxembourg a cofondé le Benelux et la Norvège joue un rôle important dans la coopération nordique et scandinave. Ensemble, nous siégeons dans les grandes enceintes internationales telles que l’ONU, l’OTAN et l’OCDE. Les citoyens norvégiens ont choisi en 1994 de ne pas adhérer à l’Union européenne. La Norvège, membre fondateur de l’AELE, demeure cependant un acteur à part entière de notre continent dont elle partage le sort.

 

Majesté,

De nos nombreuses rencontres, je connais votre amour pour votre patrie. Avec la Reine, vous nous avez bien souvent fait découvrir ses beautés naturelles et ses trésors culturels. Nous nous réjouissons de pouvoir en admirer d’autres en votre compagnie.

C’est dans cet esprit de proximité et d’entente que je vous prie Excellences, Mesdames et Messieurs, de vous joindre à la Grande-Duchesse et à moi-même et de lever votre verre à la santé de Leurs Majestés le Roi et la Reine, à la prospérité, au bonheur du peuple norvégien et à l'amitié entre nos deux pays.