|     | Recherche avancée

Allocution de Son Altesse Royale la Grande-Duchesse prononcée l’occasion de la cérémonie de remise du 3ème Prix Européen de la Microfinance, le 30 novembre 2010
30-11-2010


M. le Président,

Excellences,

Mesdames et Messieurs, 

Je pense que nous sommes tous convaincus que la microfinance est une réalité économique dont le monde ne devrait plus se passer ! A l’heure où des voix critiques s’élèvent pour dénoncer certaines pratiques, il faut démontrer – une fois encore – la nécessité et la pertinence de cet outil extraordinaire.

Après tant de décennies, les acteurs de l’économie mondiale commencent à comprendre qu’il faut ouvrir l’accès au crédit aux grands oubliés du monde de la finance, c’est-à-dire à la majorité de la population mondiale : les plus démunis.

La révolution de la Microfinance est de prouver jour après jour qu’on peut faire confiance à ceux qui n’ont pas de « collateral », de prouver qu’ils sont extraordinairement créatifs, intelligents, travailleurs, persévérants et courageux. Bref, qu’ils sont un véritable atout pour l’économie mondiale.

Oui, les plus pauvres parmi les pauvres de la planète ne sont pas moins créatifs, moins intelligents et sûrement pas moins débrouillards que nous. Leur seul défaut est de ne pas être nés dans les mêmes circonstances que nous ! De ne pas avoir eu les mêmes chances !

En réveillant leur force créatrice,

en transformant les bénéficiaires en acteurs autonomes,

en leur permettant de sortir du cercle vicieux de la pauvreté,

en générant des bénéfices pour les générations à venir,

ils deviennent les acteurs principaux qui contribueront à éradiquer la pauvreté durablement.

Le démontrer, le prouver, est nécessaire, mais de quelle façon ?

  • En avançant des chiffres,
  • en montrant des résultats encourageants
  • et en récompensant les meilleures institutions pour leur engagement. C’est bien ce que nous faisons ce soir en remettant le 3ème Prix Européen de la Microfinance.

Je saisis cette occasion pour féliciter les organisateurs et le jury de cet important événement et je les remercie de tout cœur de leurs efforts ! Parmi eux, il y a Mme Roshaneh Zafar, fondatrice de la Kashf Foundation et présidente du jury, que je tiens à saluer de manière toute spéciale. 

Je viens de parler d’exemples concrets. Permettez-moi de terminer sur un de ces exemples.

En 1998, je faisais mon premier voyage au Bangladesh envoyée par Federico Mayor…

Ceux qui sont présents aujourd’hui ont eu aussi beaucoup d’histoires à vous raconter.

Je vous remercie pour votre attention.