|     | Recherche avancée

International Day against the use of Child Soldiers
12-02-2008


Allez à la fin de l'encart.
Contact

Service Presse et Communication
B.P. 331
L-2013 Luxembourg
Grand-Duché de Luxembourg
E-mail service.presse@gdl.etat.lu


Message by HRH the Grand Duchess, UNICEF Eminent Advocate for Children, on the occasion of the "International Day against the use of Child Soldiers", 12 February 2008.

On this International Day against the use of Child Soldiers, it is profoundly distressing to note how widespread this phenomenon has remained.

Today, close to 250,000 child soldiers are serving in various conflicts around the world. Oblivious to danger in the face of death, easily impressionable and vulnerable, children are the expendable pawns in a deadly game orchestrated by adults.

The heart-rending story of Ishmael Baeh, a twelve-year-old boy engulfed in a bloody conflict in Sierra Leone, is finding particular resonance around the world today. But most importantly, his tale also serves as a message of hope. After some time spent "kicking the habit" at a Unicef rehabilitation centre, he was able to resume a normal life, and went on to become an outstanding student in New York and later an ambassador for Unicef. The book he subsequently published was dedicated to the children of Sierra Leone who were robbed of their childhood. Today, Ishmael Baeh is actively engaged in the fight against this barbarous custom.

Indeed, the international community has at last given the impetus for an unprecedented mobilisation. The fact that the International Criminal Court has charged two Congolese warlords with using child soldiers is a significant step in the right direction.

A powerful momentum has been set in motion. The conference held in Paris on 5 and 6 February 2007 was a defining moment, with 58 States committing themselves to the fight against the plight of child soldiers, and taking very specific measures for their demobilisation and reintegration. Yet more States have since pledged to join the struggle.

The reintegration of young victims, which is at the core of Unicef's actions in those war-devastated regions of Africa, is crucial. The aim is not only to stop children being used in the pursuit of war, but also to bring back to normal life those children who have been deprived of their "right to childhood".

Today, 12 February, we celebrate the anniversary of the adoption of the Optional Protocol to the Convention on the Rights of the Child on the involvement of children in armed conflicts. It is my earnest wish that this international day may serve both to raise awareness and to reassert our firm resolve to eradicate this scourge. It is our duty to aspire to a fairer world.

 

Message de S.A.R. la Grande-Duchesse, Eminent Défenseur des Enfants pour l'UNICEF, à l'occasion de la "Journée internationale des enfants soldats", le 12 février 2008.

En cette journée internationale des enfants-soldats, il est triste de constater que ce phénomène reste aussi présent.

Aujourd'hui, dans le monde entier, près de 250 000 enfants-soldats sont engagés dans des conflits de toute sorte. Inconscients face à la mort, manipulables et proies faciles, les enfants sont les pions sacrifiés d'un jeu mortel pratiqué par les adultes.

Le témoignage bouleversant d'Ishmael Baeh, pris dans une tornade sanglante en Sierra Leone à l'âge de 12 ans, trouve en ce moment un écho retentissant dans le monde entier. Mais son exemple est surtout porteur d'un message d'espoir. Après avoir été envoyé dans un centre de réhabilitation de l'UNICEF, il se "désintoxique", revient à la vie, poursuit des études brillantes à New York pour devenir ambassadeur de l'Unicef. Il a dédié son livre à tous les enfants de la Sierra Leone à qui on a volé leur enfance. Ishmael Baeh est aujourd'hui engagé contre cette pratique barbare.

En effet, la communauté internationale a enfin donné le signal d'une mobilisation sans précédent. Que deux chefs de guerre congolais par exemple doivent répondre du crime de l'utilisation d'enfants-soldats devant la Cour pénale internationale marque un progrès considérable.

Une dynamique a été lancée. La Conférencede Paris qui s'est tenue les 5 et 6 février 2007 a été un moment essentiel: 58 Etats se sont engagés à lutter contre le fléau des enfants-soldats et ont pris des engagements pour leur démobilisation et leur insertion. Depuis, d'autres Etats ont déclaré leur intention de les rejoindre.

La réinsertion des jeunes victimes, qui est au cœur de l'action menée en ce moment par l'UNICEF dans les régions africaines dévastées par la guerre, est un enjeu central. Il ne s'agit pas seulement d'empêcher l'utilisation d'enfants à des fins bellicistes, mais il faut ramener à la vie ceux qui se sont vu priver du "droit d'être enfant".

En ce 12 février, jour anniversaire de l'adoption du Protocole facultatif à la Convention relative aux droits de l'enfant, concernant l'implication d'enfants dans les conflits armés, je forme le vœu que cette journée internationale soit non seulement un moment de prise de conscience mais l'occasion de réaffirmer notre ferme résolution à éradiquer ce fléau. L'aspiration à un monde plus juste est une nécessité.